Blog
Obama, le dernier président noir...
Publié dans Le Monde, le 19 janvier 2009

Alors que les médias du monde entier s’étaient demandés pendant des mois si l’Amérique était prête à élire un « Noir » à la Maison Blanche, le candidat démocrate de 2008 a obtenu 43% du vote « blanc », ce qui est mieux que ses prédécesseurs Al Gore, John Kerry, Bill Clinton en 1992, Walter Mondale ou Michael Dukakis. Si nul ne sait aujourd’hui si Obama restera dans l’histoire comme le président du changement, son élection témoigne en elle-même des indéniables changements accomplis par la société américaine au cours des trente dernières années. On avait évoqué un « Bradley Effect », pour désigner le destin malheureux des candidats noirs. L’expression faisait référence à la défaite en 1982 du maire noir de Los Angeles, Tom Bradley, au poste de gouverneur de Californie. Les derniers sondages lui donnaient une marge de 8 points d’avance sur son concurrent républicain blanc. Ce dernier remporta finalement l’élection : les électeurs blancs avaient donné une réponse « politiquement correcte » aux sondeurs de crainte d’apparaître comme racistes. Obsédés par le «  Bradley Effect  », les médias n’ont pas soupçonné l’existence d’un «  Huxtable Effect  » au sein de la génération du Millénaire. Celui-ci désigne les effets sur l’évolution des mentalités du Cosby Show. Diffusée sur la chaîne NBC dans les années 1980, cette série télévisée met en scène une famille de la bourgeoisie noire, la famille Huxtable, devenue une icône de la réussite et de la stabilité. Or, ce sont les générations qui, enfants ou adolescents à l’époque, ont le plus suivi la série, qui ont soutenu massivement Obama. Une journaliste du Chicago Sun Times explique que lorsqu’elle faisait la queue pour voter, elle a entendu un groupe de jeunes d’une vingtaine d’années qui, se remémorant leurs souvenirs du Cosby Show, affirmait qu’ils auraient aimé, enfants, avoir un père comme Heathcliff Huxtable. Or, aucun de ces jeunes n’était africain américain… Cette anecdote témoigne des évolutions post-raciales de la société américaine, les nouvelles générations pouvant naturellement s’identifier à des personnalités ayant une couleur différente de la leur. Si les journalistes ont manifesté autant de surprise face à l’ascension d’Obama, c’est bien parce que la plupart d’entre eux ne sont pas issus de la « génération Cosby », mais de la « génération Cleaver ». Ward Cleaver est le nom du père de famille de la sitcom « Leave it to Beaver », sitcom représentant l’archétype de la famille américaine des années 1950.

C’est un faux paradoxe : en devenant, le 20 janvier prochain, le premier président « noir », de l’histoire des Etats-Unis, il se pourrait qu’Obama soit également le dernier président « noir ». En clôturant un chapitre de l’histoire américaine, marquée par la fracture de couleur, le président élu est l’enfant du rêve de Martin Luther King : que tout citoyen ne soit plus vu et jugé selon la couleur de sa peau mais selon ses qualités propres. Une majorité d’Américains a voté pour le candidat démocrate parce qu’il estimaient qu’il était le mieux à même de les sortir de la crise, et non en fonction de ses origines particulières. Candidat atypique, son mandat, en s’inscrivant dans une tradition de présidents, participera à la banalisation de la « couleur » et au dépassement du fait « racial ». Déjà, on ne parle plus que de l’ « équipe » d’Obama. Dans quelques semaines, toute l’attention des médias sera polarisée sur ses premières mesures, sur ses réformes, sur ses premières erreurs. Les références coloristes seront définitivement oubliées. Dans cette perspective, Barack Obama, candidat « noir », ne sera plus pour les générations futures un président « noir », mais ni plus ni moins que le 44e Président de l’histoire américaine…

La crise économique et sociale a donné du crédit à la démarche d’Obama, qui, tout au long de sa carrière, s’est efforcé de substituer la question sociale à la question raciale. Le 5 septembre 2005, alors qu’il se rendait à Houston pour rencontrer les victimes du cyclone Katrina, il rejetait l’argument selon lequel le président Bush aurait agi trop lentement parce que les victimes étaient noires . Il mis alors en exergue l’irresponsabilité du gouvernement fédéral et l’indifférence de l’administration républicaine envers les problèmes de pauvreté dans les quartiers déshérités. Obama entend insister durant son mandat sur l’importance des investissements publics dans le domaine de l’éducation, de la santé, de la protection sociale. Ces programmes seraient en mesure de combler le fossé entre la majorité blanche et les minorités, même s’ils ne sont pas conçus spécifiquement pour ces dernières (« race-specific »). Cette interprétation d’Obama quant à la nécessité de passer d’une logique juridique à une logique sociale semble en partie partagée par la principale association de défense des Noirs. La National Association for the Advancement of Colored People a réalisé que les Africains américains étaient parmi les premiers touchés par la crise des subprimes.

Mais il serait probablement anticipé d’évacuer totalement la conscience de couleur. Si les discours de campagne de Barack Obama furent très largement post-raciaux, sa manière de construire sa victoire le fut beaucoup moins. Mille feuille identitaire, permettant à chaque communauté de retrouver en lui la feuille qui lui correspondait, Obama s’est fait « noir » parmi les « Noirs » quand il parcourait le Sud, et redevenait le fils du Kansas lorsqu’il retournait dans le Middle West. Plutôt "pluri-identitaire" que "post-identitaire", Obama s’est attelé à prouver à chaque frange de l’électorat qu’il partageait leurs codes culturels. Il y a toujours un écart entre l’Amérique rêvée - conforme au slogan des supporters d’Obama : "race does not matter" ("la race ne compte plus") - et l’Amérique réelle. Un jeune Noir sur neuf – de 20 à 34 ans – est incarcéré, contre un adulte blanc sur 106. D’aucuns redoutent que l’élection d’un président « noir » ne serve de prétexte pour abandonner la lutte contre les discriminations racistes (est-il pertinent d’évoquer la persistance d’injustices liées à la couleur de peau si un « Noir » peut accéder à la magistrature suprême ?). Et de dénoncer cette politique dite de « Tokenism », qui consiste à intégrer une élite issue des minorités pour donner l’illusion d’un progrès global.

Archives
L’islam des manuels scolaires : comment le musulman est transformé en terroriste potentiel
2014-09-02 18:21:37

> lire l'article

Leader d’opinion
2014-04-09 20:21:45

> lire l'article

Pourquoi nous aimons tous Mandela
2013-12-16 10:37:40

> lire l'article

Et si Kennedy n’avait pas été assassiné...
2013-11-25 17:18:51

> lire l'article

"Ecrire l’histoire d’une nation qui se construit avec les autres"
2013-08-14 11:56:27

> lire l'article

Non, le rêve américain n’est pas mort (mais ce n’est pas grâce à Kim Kardashian et Kanye West)
2013-08-10 15:21:40

> lire l'article

Les relations américano-russes continuent... (mais sans Obama et Poutine !)
2013-08-09 11:01:34

> lire l'article

Quand Obama se solidarise de la communauté noire ... (à la surprise générale ?)
2013-07-22 14:18:58

> lire l'article

Meurtre de Trayvon Martin : Une justice "raciale", mais pas forcément "raciste" !
2013-07-16 11:49:12

> lire l'article

N’enterrez pas le vote pour tous !
2013-03-27 11:55:23

> lire l'article

L’historien à l’ère de WikiLeaks. De la tyrannie du secret au fanatisme de la transparence
2012-11-02 11:41:25

> lire l'article

Obama 2012 vs Obama 2008
2012-10-18 14:21:55

> lire l'article

Evaluons aussi la réussite pour rétablir la confiance scolaire
2012-09-04 23:59:54

> lire l'article

Reconstruire l’école du vivre ensemble, un vain mot ?
2012-06-22 17:00:24

> lire l'article

Les intellectuels français en Libye plutôt qu’à Clichy
2011-12-06 11:43:04

> lire l'article

Refusons l’ethnicisation de la présidentielle
2011-07-16 23:14:35

> lire l'article

Faut-il être vertueuse pour être reconnue comme une victime d’agression sexuelle ?
2011-07-04 17:31:51

> lire l'article

Pourquoi j’ai témoigné au procès d’Eric Zemmour
2011-01-21 12:35:40

> lire l'article

La gauche française a tort de se couper des minorités visibles
2010-12-22 23:15:19

> lire l'article

Faut-il être noir pour s’offusquer des propos de Jean-Paul Guerlain ?
2010-10-25 16:29:08

> lire l'article

Vers un "Yes We Can" à la française
2010-01-16 22:09:58

> lire l'article

Barack Obama : les 100 jours de « Monsieur-je-fais-tout »
2009-04-30 13:43:34

> lire l'article

Obama, le dernier président noir...
2009-01-18 14:17:30

> lire l'article